8. LA RESTAURATION : QUI PROFITE DE LA CAGNOTTE ? version partielle au 09 mai 2016 #

Une véritable activité commerciale qui n’est pas prévue dans nos statuts et ne peut donc pas être considérée comme une activité légale rentrant dans le cadre associatif. Seul, le système hasardeux de gouvernance ( voir nos articles 2 et 3) permet de comprendre comment les responsables successifs et surtout la dernière équipe présente depuis plus de 15 ans ont pu s’autoriser (sans concertation avec les membres lors d’assemblée générale) à développer cette activité de restauration, de réceptions, de traiteurs et autres manifestations en toutes opacités, sans contrôle réel extérieur et sans aucun retour au bénéfice pour l’association ou même de l’A.N.P. (propriétaire des espaces ou se trouvent les 2 restaurants).

A)  Contrairement aux engagements pris par l’ex ODEP, les investissements nécessaires à ces activités commerciales sont réalisés sur les fonds de l’association . (Voir article 5 fin et art 6 du protocole)   Protocole Accord YCM ODEP
Cette décision d’investissement pourrait être considérée comme un détournement de fonds au préjudice de l’association et de ses membres qui doivent subir des augmentations conséquentes de leurs cotisations.

B) Ces investissements financés par l’augmentation en 2015 des cotisations des membres, ne profitent qu’à une toute petite partie d’entre eux: salle de gym-fitness (3 à 6 personnes !), restaurants avec peu de clients, membres actifs mais avec beaucoup de gens extérieurs souvent invités gratuitement par les dirigeants (plus de 80% d’entrées gratuites !), de participants aux séminaires professionnels et repas d’affaires, aux soirées privées, aux réceptions pour mariage (dont celui de la fille du trésorier qui a pu être le premier à profiter de la nouvelle cuisine d’été grâce aux travaux réalisés en …. par lui-même !) etc.

Toutes ces manifestations non statutaires (et qui ne rapportent rien au club) ont été autorisés abusivement et à la seule discrétion de la Présidente!

C) Aucune communication sur les détails de ces activités commerciales n’est faite aux membres de l’association qui sont obligés de payer sans rien dire une grande partie des charges d’exploitation de ces activées (électricité, eau, assurance ?,etc.), même si beaucoup des membres ne viennent jamais consommer aux restaurants !

D) Aucun contrôle financier sérieux ne peut être réalisable car aucune grille tarifaire n’existe (tarifs et menu non affichés avec surprise à l’addition pour certains !) , émission aléatoires de factures ou tickets de caisse valides , pas de moyens de paiement par carte de crédit : cette situation incroyable et anticoncurrentielle pourrait permettre des détournements de recettes au préjudice de l’état mais…. au bénéfice éventuel de certains ? .

E) Un risque de redressement fiscal et social par l’existence de recettes non déclarées et de personnel non patenté dans l’enceinte du club house (voir notre article 1 B1)

Le rôle de la Présidente est celui de veiller à faire respecter strictement tous les articles définis dans les statuts de notre association dont en tout premier lieu, ceux concernant son but. (Voir le pdf joint statuts ycm)      Statuts YCM

. Des activités de restauration commerciales de cette ampleur ne peuvent continuer à être exercées sous couvert du statut associatif ou sous la direction informelle ou déléguée de la Présidente au risque de remettre en cause le statut associatif du club.

.Cet état de fait pourrait constituer en outre une concurrence déloyale aux établissements commerciaux locaux (restaurants du futur hôtel ACCORD, ceux du Parc, du Port et autres petits restaurants artisanaux qui ne peuvent bénéficier des avantages considérables dont dispose la restauration du club house ). Il est regrettable que le développement des activités de restauration soit privilégié au détriment de celui des activités sportives et que des moyens financiers et humain de qualité ne soient pas apportés en priorité pour notre club associatif afin de pouvoir en toute sécurité «procurer à tous ses membres, les moyens de pratiquer les sports de la voile et les sports nautiques» voir art 1 des statuts Y.C.M.                  Statuts YCM                 Protocole Accord YCM ODEP

# Version partielle due au fait que les informations comptables détaillées n’ont jamais été communiquées jusqu’à ce jour.

7. VIOLATIONS DES STATUTS et ABUS DE POUVOIR par certains et AVANTAGES pour les mêmes !

Au Yacht club du Maroc, à Mohammedia.

A. ABUS DE POUVOIR La majorité des membres du comité directeur actuel dont sa Présidente, par leurs décisions et leurs actes n’hésitant pas à violer allégrement les statuts, protocole et règlements intérieurs, réalisent ainsi de véritables abus de pouvoir ; Ces abus de pouvoirs visent à priver des droits élémentaires des membres de l’association pour :

1. Connaitre les comptes sincères et vérifiés ainsi que les motifs des décisions importantes à prendre ( gros investissements , etc … ).

2. Assister et voter aux assemblées quand ils sont à jour de leurs cotisation de l’année écoulée pour pouvoir participer aux votes des quitus et décisions à prendre : les refuser ou les accepter en toute connaissance de cause.

3. Alerter et contester les décisions irrégulières, les dangers existants, les votes truqués, etc.

4. Profiter des installations sécurisées, d’une ambiance familiale et respectable dans la marina et le restaurant, voir statuts

B. ADMISSIONS DISCRETIONNELLES ou refus dilatoires.
En violation flagrante et permanente des statuts, les 4 membres responsables du comité directeur se sont accordé le pouvoir de sélectionner SEULS et d’accepter  les nouveaux membres en fonction de leurs propres et uniques critères ou intérêts ? Et cela par leur refus d’afficher les demandes d’admission, (contrairement à l’article 11 des statuts ): aucun avis ou remarques des autres simples membres ne peut se faire , augmentant ainsi le risque d’inclure des membres « peu fréquentables».

C. PRIVILEGE d’accorder des entrées gratuites au Club House.
L’examen du cahier des entrées à 50 Dh permet de constater que pour pouvoir cultiver et entretenir leur propre relationnel , ces 4 membres dirigeants et leur amis n’hésitent pas à s’octroyer le privilège d’accorder gratuitement des entrées à leurs relations ou clients (par exemple: du 3.04.2015 au 29.05.2015 sur 423 entrées , 313 entrées offertes, c’est à dire prés de 80 %  de gratuité) privant ainsi de ressources complémentaires l’association (ou l’A.N.P ?) qui paye des charges d’exploitation pour des invités qui profitent des restaurants et accessoirement de la piscine !

Seconde partie:

D. EXERCICE D’ACTIVITEES A BUT LUCRATIF.

Contrairement au but statutaire de l’association, le vice président, Mr Mohamed RAYAD s’octroie la dérogation pour exercer la Location commerciale du bateau (appartenant à sa société) à une société sous traitante de la Lydec. Sa position de vice-président lui a permis auparavant de l’interdire à un autre simple membre qui le faisait précédemment,  sans devoir demander l’autorisation éventuelle du comité.

E. Cotisations réduites et grands avantages;

Trois dirigeants du comité se sont octroyé des réductions de cotisation, à titre d’exemple :

  1. Mme la Présidente et son mari l’ex-président : 1 500 Dh pour eux deux + 150 dh pour 1 planche à voile, par an.
  2. Monsieur le trésorier : même tarif et autres privilèges.

Ces 3 membres profitent pleinement des avantages complémentaires en nature, procurés par leur fonction. (Voir notre art : privilèges et restauration). A ce tarif (taillé sur mesure), on peut comprendre que les augmentations des cotisations et des frais de mouillage, décidées pour les autres simples membres, ne leur posent pas de problème.

En partant de l’hypothèse ou la Présidente peu présente serait mal informée, seuls les 3 autres membres responsables du comité directeur se permettent des abus de pouvoirs et de violer les statuts et les règlements et n’hésitant pas à les faire appliquer abusivement aux autres membres, s’octroient des avantages non permis dans le cadre associatif.

6. Menaces, Mépris, Expulsion, Manque d’humanisme.

Au Yacht Club du Maroc, à Mohammedia.

Ou comment certains dirigeants ont pu devenir âpres avoir passé plus de 15 années au comité directeur.

A) La menace et le mépris.

Comment un vice président peut il parler avec autant de mépris et faire autant de menaces à l’emploi envers les boscos et autre petits responsables tyrannisés ? des boscos exerçants dans des conditions déplorables avec des matériels vétustes et dangereux (voir nos articles 4 A2.3.5) . Ces mêmes boscos doivent en plus supporter les mauvais caractères et endurer les comportements irrespectueux de certains membres. (Voir nos articles 4 A5).

B) Chantage et expulsion

Il est déplorable que les membres respectables mais désirant contester en toute légitimité les décisions irresponsables , les dysfonctionnements pouvant être préjudiciables à l’intérêt général (voir nos articles n° 1, 2 et 3) doivent subir de la part de dirigeants du comité des menaces et d’un chantage à l’A.N.P : « nous ne sommes qu’invités dans le port et sous réserve et parce que la présidente Mme D…  Si nous les embétons (les gens de l’ANP du comité) nous seront tous explulsés immédiatement…»… ou encore « la présidente Mme Diouri va essayer de trouver le temps (en vain depuis 2 ans) pour signer la prorogation du contrat liant l’ODEP/ANP au YCM,…. »

ou alors puisse être sanctionné par 4 membres du comité directeur actuel voulant préserver à tout prix leurs fonctions et prérogatives : (voir le cas et les conséquences de la radiation arbitraire et discriminatoire de Michel Marbot sur  www.maritimenews.ma  et http://maritimenews.ma/index.php/sport-nautique/3856-yacht-club-mohammedia?hitcount=0.).

C) Manque d’humanité

On ne peut que regretter, de voir la Présidente, le vice-président, et le secrétaire général IGNORER ensemble et refuser de répondre à trois demandes  d’accueillir à la marina une délégation d’acteurs sociaux locaux pour qu’ils puissent rencontrer les membres en situation d’ handicap de l’équipage ALLEMAND du bateau à voile, de passage à Mohammédia, lors de sa première escale d’un tour du monde humanitaire, de l’association Sailing4handicaps  http://www.sailing4handicaps.de/?lang=fr (pionniers dans le monde) cet équipage désirait transmettre gratuitement son savoir faire en matière de fabrication de prothèses sur mesure et en offrir gratuitement aux nécessiteux de Mohammedia ?

En effet, ce Catamaran à voile est équipé d’un atelier ultra moderne, trés complet et économiquement réalisable pour des associations locales, pour fabriquer des prothéses à bord. Cette experience aurait pu permettre de copier ces techniques pour faire de meme à terre au Maroc, et produire des prothèses de qualité et trés bon marché.

5. Prochaine Assemblée Générale : C’EST PAS FINI les TRICHERIES des élections ! Actualisé au 15 Mai 2016

Au Yacht Club du Maroc, à Mohammédia.

C’est le moment ou nous devons tous exiger, que s’applique enfin, une véritable gestion démocratique que mérite notre association: en tant que membres, nous avons tous le droit d’exiger la transparence complète des comptes détaillés, justifiés et vérifiés, le respect de nos droits à être entendus et à pouvoir accéder aux votes des quitus.

A. Envoi des convocations.
Au vu des nombreuses et graves irrégularités déjà commises, les convocations envoyées devront être accompagnées des comptes certifiés par un expert comptable, des 2 rapports ( financier et moral ) à voter pour recevoir les quitus, un ordre du jour précisant clairement les questions et décisions pouvant être éventuellement soumises au vote. Pour éviter le renouvellement des fraudes (voir article 2: Les méthodes frauduleuses des élections), les pouvoirs remplis au nom du mandataire devront être réalisés sur le papier à entête aux couleurs Y.C.M et devront être remis, sous enveloppe fermée, à deux membres extérieurs au comité directeur désignés puis inscrits, devant eux immédiatement sur un registre non falsifiable.

B. Respect de la participation et du droit de vote

Les membres ayant réglé leur cotisation de l’exercice clos (exercice précédent), ont pleinement le droit de participer et de voter les quitus, et ce quelque soit la date de l’assemblée.

Les membres ayant en plus réglé la cotisation du nouvel exercice, auront le droit supplémentaire de voter pour le renouvellement du tiers sortant (le ou les candidats au comité), les décisions importantes à prendre: Augmentation ou diminution des cotisations, gros investissements non prévus dans le but et les statuts de notre association (par ex: deuxième cuisine, engagement dans le projet voile scolaire financé en partie par le ycm et l’INDH). 

En effet contrairement à ce qui a été imposé à tort par le secrétaire général , c’est l’utilisation de l’argent des membres, faite durant l’année écoulée, qui est l’objet de leur approbation;

C. Conditions favorables de la tenue de l’Assemblée Générale
Afin de permettre une plus grande participation des membres et de limiter les risques d’incident ou d’accidents des années passées (dus à la consommation excessive d’alcool en soirée), la tenue de l’A.G. devrait être faite en journée et le weekend. Un buffet familial pourrait être proposé à des conditions favorables pour les membres participants aux votes.

D. Etablissement et Communication du procès verbal
La rédaction doit reproduire d’une manière sincère le déroulement de l’assemblée et des décisions prises; elle doit se faire à la levée de la séance et le P.V. doit être communiqué (par affichage ou envois) afin de pouvoir être contesté et non modifiable.

Conclusion
La tenue de l’assemblée devrait se faire avant la fin mars date d’exigence normale et ce sans exiger les paiements des cotisations de l’année nouvelle alors que la plupart des membres s’en acquittent en juin, habitués à cela depuis plus de 15 ans.

4- L’INSECURITE PERMANENTE des biens et des personnes

Au Yacht Club du Maroc, à Mohammédia.

Un comité directeur (présidé par Najlaa DIOURI), inconscient (voir irresponsable) des dangers pour les membres ou leurs biens faisant preuve d’imprévoyance et qui semble n’attendre que l’accident pour commencer à réagir. Les défauts d’entretien ne semblent pas être traités en priorité par les membres dirigeants du comité dont 3 sur 4 ne possèdent pas un bateau ( ce qui enfreint les statuts –articles 20 et 7  ).

A) La Marina

Des installations à bout de souffle ou rafistolées mais toujours inadaptées à ce jour, en cas de mauvais temps:

  1. Des pieux de pontons rongés à plus de leur moitié par la rouille (voir photos) et dont les assises en béton sont devenues sous-dimensionnées au vue de la taille des bateaux de plus en plus nombreux et grands; des pendilles et cordages d’amarrage en décomposition. Un bateau a déjà coulé ( troué par un demi pieux brisé ) sans avoir été indemnisé par le club !
  2. Du matériel et équipements vétustes et dangereux pour les utilisateurs, boscos et autres membres : grue, moteur, tracteur, etc
  3. Des installations électriques pouvant être mortelles : bornes non verrouillées, fils électriques baignant dans l’eau, etc.
  4. Manipulations risquées du carburant ( sans protocole de sécurité précis et affiché ).
  5. Des comportements à gros risques dans un port sensible :  Faudra t il à nouveau déplorer la tenue de fêtes et soirées sur les pontons et les bateaux avec présence de boissons alcoolisées consommées immodérément par une petite poignée de membres dont le directeur du YCM et cela sous couvert d’autre responsables du comité directeur. Ces fêtes débridées, générant des nuisances sonores et des troubles à l’ordre public néfastes à l’image du club et de notre pays, ont été heureusement stoppées en janvier 2016 par l’intervention efficace des autorités publiques. Espérons que ça ne recommence pas.
  6. Conduite interdite des bateaux par des non membres ou des non propriétaires en violation du règlement intérieur (art 6 a iii et g ii) à titre d’exemple : le vice président s’octroi le privilège de louer commercialement son bateau (mais interdit à d’autres de le faire !), et qui utilise les boscos et employés de la Marina comme main d’oeuvre d’appoint pour son activité commerciale personnelle.
  7. Absence volontaire de toute vérification (par le comité du YCM) des réelles compétences des membres et de contrôle de leurs aptitudes pour la bonne conduite de navires de plaisance ou d’engins nautiques motorisés.
  8. Absence d’affichage, contrairement aux statuts (article 11), d’une fiche pour tout postulant à l’admission au club, pouvant permettre de recueillir des informations sur d’éventuelles inaptitudes ou comportements à risque du futur membre, et absence d’affichage des règles de sécurité (sensibilisation, rappels de la réglementation,…).
  9. Etat déplorable des installations et infrastructures d’appontage. Beaucoup de membres actifs (possédant un bateau et payant en conséquence une cotisation complémentaire et qui en plus a été augmentée ! (voir article 1 D) déplorent l’état des installations et leur manque d’entretien rendant celles-ci potentiellement très dangereuses pour les biens et les personnes.

339.jpg

Illustration de l’état des pieux assurant la stabilité des pontons. Sans parler de l’essoufflement des flotteurs.

B) Le club house 

  1. Un lieu privé ouvert au public et en partie inaccessible pour nos proches âgés ou à mobilité réduite : malgré les récents travaux décidés et exécutés en catimi (sans l’autorisation des autorités locales, ni les accords des membres), par et pour certains (voir notre article « gestion opaque et hasardeuse des finances » ) ceux-ci n’ont pas respecté les normes obligatoires légales d’accessibilité (w.c, marches, etc).
  2. Un lieu toujours insécurisé pour nos ENFANTS, nos invités ou nous même : malgré les deux alertes de l’an dernier (par mails de l’ancien directeur qui a préféré démissionner au vu de tous ces dysfonctionnements) informant qu’un gamin et son père ont failli recevoir sur leur tète un gros caillou projeté de l’extérieur : à ce jour aucune protection adaptée n’à été réalisée par les responsables du comité !
  3. Un espace familial en train de se dévoyer progressivement ou la buvette conviviale des débuts (comme stipulée dans les statuts art 25 a), devenue au fil des temps une belle affaire de restauration et de réception (voir notre futur article), est en train de se transformer en bar d’alcooliques: en effet, suite à l’intervention des autorités pour les exclure de la marina, certains membres addicts, ont pu trouver nouveau domicile au club house (soit disant pour assumer des responsabilités octroyées (activités voile et école de voile) par la présidente et ses conseillers lors d’une récente réunion, alors même que le nouveau membre élu au comité cette année a fait part de sa désapprobation pour cette décision).

Statuts YCM

3- Un fonctionnement sans transparence du Comité Directeur

Au Yacht Club du Maroc, à Mohammedia.

A) L’ombre de l’ancien président omniprésent

La présence permanente de l’ancien président (Mr BENABDENBI à chaque réunion de comité ou d’A.G. (malgré que celui-ci ai été mis à la retraite et écarté lors d’une A.G. en 2006 ) et qui intervient dans chaque débat directement ou via sa femme ( nommée présidente par lui-même dans l’illégalité totale) le jour de son éviction (contrairement à l’art 4 du protocole d’accord signé avec l’O.D.E.P en date de mars 87. . .)

B) La Présidente «courant d’air »

Mme Najla DIOURI ( directrice actuelle du port de TANGER -MED ) est hélas très peu disponible pour pouvoir être informée correctement et répondre aux courriers et mails, prendre les bonnes décisions qui devraient s’imposer dans certains cas d’irrégularités (voir ci- dessus et après ).

D’autre part elle enfreint l’art 3 du protocole O.D.E.P qui stipule «qu’au cas ou l’un des trois membres représentant l’ODEP venait à être muté ou cesserait ses fonction au sein de l’odep ou serait affecté à un poste tel qu’il ne pourrait assumer»
C) Le Fantôme du comité

Conformément au protocole ODEP-YCM, imposant la présence de trois membres de l’ODEP-ANP(?) au comité, un des trois représentant de l’ANP (Un certain Mr F….) n’a jamais participé aux réunions de comité, donnant encore plus d’incohérence dans les décisions et ce aggravé par le fait qu’aucun membre extérieur n’a pu être invité à y participer.

D) Les réunions informelles du comité

Ces réunions sont décidées au dernier moment et suivant le peu de disponibilité de la présidente. Les décisions déjà prises unilatéralement à l’avance sont imposées, les projets ne sont jamais communiqués ou les PV affichés.

E) Des décisions ne pouvant souffrir d’aucune contestation

Ce système pervers permet de rendre inopposables certaines engagements, ex : travaux de cuisine d’été (voir article à venir), choix d’un éternel même fournisseur, choix du concessionnaire pour la restauration, etc. .

F) Des candidatures d’adhésion discriminées

Les demandes d’adhésion reçues sont traitées à la seule discrétion du directeur par intérim et de certains membres du comité directeur; elles ne sont pas affichées (contrairement à l’art 11 des statuts). Ce système népotique permet de verrouiller l’accès au club à des membres qui pourraient se révéler non favorables au comité qui a pu ainsi rester inchangé depuis tant d’années.

Statuts YCM

Protocole Accord YCM/ODEP

2- Les méthodes frauduleuses des élections

Au Yacht Club du Maroc à Mohammédia.

Pourquoi la Présidente Najlaa DIOURI et certains membres du comité directeur, continuent à refuser de communiquer, avant la tenue de chaque assemblée générale, par l envoi avec les convocations des rapports (moral et financier), du bilan prévisionnel, du détail de l’ordre du jour, et de pouvoir consulter les livres des comptes, le registre des P.V. d’assemblée générale et des réunions du comité directeur comme le font toutes les associations qui n’ont rien à cacher. Et cela pour que les membres puissent voter les quitus et décisions importantes en toute connaissance de cause.

A) Comment peut on continuer d’accepter :

  1. l’utilisation de pouvoirs aisément falsifiables et souvent remis en blanc (en violation de l’art 20 des statuts), et signés par certains membres sollicités permettant par exemple au candidat sortant (en 2015), sous couvert et avec la complicité du secrétaire général, de remplir les pouvoirs vierges en sa faveur ( en son nom ou au nom de porteurs de votes qui lui sont favorables) et qui ont été comptabilisés au vote (Ex A.G. 2014 et 2015 …).
  2. La confiscation de pouvoirs réguliers et reçus par des membres qui sont défavorables à leur candidat (ex A.G. 2015…).
  3. Le rajout, après la date de clôture des dépôts et d’arrêté du registre des votes, de pouvoirs en faveur du candidat de sortant. ( ex A.G 2015…).
  4. La participation aux votes de membres non à jour de leur cotisation, ou bien, couverts par des chèques de garantie (non encaissés) du vice président lors de l’ag 2015.
  5. La remise de bulletin de vote par le secrétaire général, faisant apparaître le nom du votant (viol de la confidentialité du vote).
  6. l’absence d’affichage dans les délais des procès verbaux, des demandes d’adhésion (En violation des statuts (article 11)).

B) Election du tiers sortant du comité directeur.

En violation flagrante de l’article 20 des statuts « Le club est administré par un comité de six membres actifs, renouvelable annuellement par tiers, …  les membres sortants étant rééligibles« , il n’est remis aux votes qu’un seul siège de membre du comité, au lieu de 2.

C) Conditions de tenue des Assemblées Générales.

Le maintient délibéré du déroulement des Assemblées à des heures tardives empêche la présence de nombreux membres. Ces réunions tardives, ont généré des incidents graves, suite aux comportements de certains membres sous l’emprise de l’alcool, comme des agressions violentes suite aux triches sur les votes (ex A.G. 2014), de l’accident grave de voiture d’un de nos membres, à l’occasion de l’A.G. 2015. ….

D) Un système électif indigne du Maroc d’aujourd’hui

Ce système permet de faire perdurer cette main mise des mêmes personnes, (la même présidente, et son mari depuis plus de 15 ans à eux deux), sur le pouvoir et les décisions conduisant aux nombreuses dérives que l’on peut constater à ce jour. (Voir article sur la gestion financière et prochains articles à paraître).

Enfin, il est à noter que la présidente actuelle, « parachutée » en 2005 au départ de son mari qui l’a imposée suite à son départ à la retraite de l’ODEP. Cette même présidente, « mutée » à Tanger-Med, ne peut efficacement »assumer ses responsabilités au sein du comité du club« , en raison de son énorme éloignement, et en violation de l’article 3.3 du protocole ODEP/YCM ( voir le protocole ci joint).

Statuts YCM

Protocole Accord YCM/ODEP